Le goût de la couleur

Un tirage de Bernard Plossu

Un tirage de Bernard Plossu

Bernard Plossu, le goût de la couleur, une exposition du travail en couleur du photographe français jusqu’au 6 octobre au Pavillon populaire de Montpellier. Quelque 240 clichés dont plus des deux tiers sont inédits rassemblent « toutes les facettes et tous les usages du médium photographique couleur que l’artiste a développé au fil de ses voyages sur les routes d’Europe et d’Amérique (…) de ses premières photographies en amateur au Brownie Flash dans le Paris de la fin des années 1950 à ses clichés à l’objectif de 50 mm sur boîtier Nikkormat au Mexique et au Nouveau-Mexique durant les décennies 1965-1985, en passant par sa pratique des appareils-jouets (Agfamatic, Instamatic, panoramique Prestinox) des années 1990-2010 qui l’a rendu célèbre », écrit Marc Donnadieu, le commissaire de l’exposition. (médiapart). Les tirages au charbon des laboratoires Fresson, un procédé en quadrichromie plein de poésie et de douceur donnent cette qualité si particulière aux photos.

Bernard Plossu

Marrakech

Une petite parenthèse à Marrakech avec une série de photos pleines de soleil et de couleur.

Voir la suite sur Google +

The voracity

In 2010 Anna Williams launched The Voracity, a project exploring themes of hunger, consumption and beauty through a wide range of styles and technique. Meant to push her on both creative and technical levels, each series explores a different visual approach and expands Anna’s personal vision. The project is a collaborative effort involving the work of a large network of artists, stylists and designers. Featured in the 2012 Photo District News photo annual, The Voracity continues to evolve and grow into an inspiring force of creative exploration.
Superbe…
Voir aussi le site d’Anna Williams

Sabrina Biancuzzi

Sabrina Biancuzzi, photographe à Paris, matières sensibles, procédés anciens, Sabrina travaille aussi la photographie aussi comme des gravures. elle est surdiplômée :
Cours d’initiation à la gravure non toxique, Ecole des Beaux-Arts de Versailles : Diplôme de fin d’études plastiques en photographie et gravure, Ecole des Arts d’Ixelles (BE) : Cours de Photographie, Ecole des Arts et Métiers Constantin Meunier (BE) : Atelier de gravure, Ecole de photographie de la ville de Bruxelles, Académie des Arts de Watermael-Boitsfort (BE) : Formation pluridisciplinaire, Ateliers de la rue Voot (BE) : cours de photographie, Diplôme pédagogique : CERIA – Bruxelles. Mémoire : « Enseignement et déficiences mentales » 2005, Licence en Marketing : EPHEC – Bruxelles – 1997-2000. Elle donne aussi des cours et stages sur les techniques anciennes liées à la photographie et la gravure : Stage de gravure en taille douce et de transferts photographiques sur plaques, des lecture de portofolio et bien d’autres choses passionnantes. Assez fascinant…
Sabrina Biancuzzi

Hans Blomquist

Hans Blomquist, toujours chez l’agent Bauer (voir post précedent) un styliste déco qui a travaillé pour IKEA, H&M HOME, AMPM, MONOPRIX, MARKS & SPENCER, MARBODAL, FLY. Huuuum… pas mal. Mais qui fait les photos ?

Hans Blomquist

Sébastien Calvet

Sébastien Calvet, présenté dans le cadre des Rencontres Photographiques d’Arles, suit nos hommes politiques pour leur faire (tailler?) le portrait. De l’art du cadrage et de la composition. D’autant plus qu’on imagine bien la difficulté de l’exercice. Travaille à Libération. Un regard juste et au final une autre façon de voir la politique et ses représentants.

Sébastien Calvet (son blog de libé) et son site

Dietlind Wolf

Dietlind Wolf, propstylist designer illustrator photographer, Hambourg, Allemangne. hum, je ne sais pas trop traduire “propstylist” mais ce qu’elle fait est superbe. Photographe culinaire, elle apporte à ses photos une vision créative qui mélange composition, dessin, photo. On se promène là-dedans comme dans une peinture ou un poème. Ses photos sont souvent présentées en dyptique. Coup de cœur assuré les filles !

Dietlind Wolf

Portraits 1

Le début d’une recherche sur le portrait. Un visage qui ne cache rien. Se regarder en face dans la réalité des formes, textures. et le regard qui change tout.

Les rencontres photographiques d’Arles

Comme chaque année, un petit tour aux Rencontres.

Centre ville, Église Sainte Anne, Joseph Koudelka, un vrai plaisir de revoir ces tirages et cadrages parfaitement maîtrisés, pleins d’humanité et de force.
Espace Van Gogh, une exposition sur les mannequins à travers les âges “Mannequin, le corps de la mode” Assez intéressant, une juxtaposition de photos de mode, mettant en scène le mannequin et l’image du mannequin.

Puis Saint Trophime, les archives Alinari, bof. Sophie Calle au Méjean mais avec tarification spéciale (5 euros) hors du billets toutes expositions (35 euros). Du coup on n’a boycotté. Puis une exposition aux cinéma du Méjean fermée pour cause du 14 juillet, puis une exposition Amos Gitai à l’église des frères prêcheurs, fermée car ouverture seulement à partir de 20h, puis une exposition assez inintéressante de Christian Milovanoff au musée Réattu, puis Couvent Saint Césaire… Bref, pour l’instant ces rencontres m’ont peu séduite, pas de fil conducteur, pas de rencontres fortes, pas d’émotion à part Koudelka que je connaissais depuis longtemps. Du coup pour l’instant je zappe les Ateliers, pas le courage. On verra ça un peu plus loin dans l’été.

Pour ceux qui ont envie et qui sont dans le coin.

Les Rencontre photographiques d’Arles jusqu’au 23 septembre

Kevin Meredith

Kevin Meredith ”I am not what most people would consider to be an average photographer. Armed with a selection of compact film cameras, I never leave home without one and I am always ready to capture anything that happens around me.”

Photographe anglais, un mordu d’appareils photos bricolés, de Lomo, Hipstamatic, bidules et autres applications en tout genre pour photographier tout et n’importe quoi. Il démystifie l’acte de photographier avec un bon sens du cadrage et un certain dynamisme. On peut détester cette mode qui consiste à privilégier des astuces (vignetage, saturation des couleurs, effet de couleurs, de grain) aux dépens du fond mais je trouve que Kevin Meredith finit par développer une image vivante, sans prétention et efficace non dénuée d’humour.

Kevin Meredith et sur Flick’r

Snapshots

Jennifer Chong et ses snapshots :

“Designer and photographer Jennifer Chong has a big heart (and stomach) for all things food! She loves simple design, typography – especially the “&” – reading blogs, eating, traveling and posting things that inspire her on her blog. Jennifer’s passion for photography has never been far behind her love of design and she loves to intermix the two whenever the opportunity arises. When she isn’t working or on the beach, she can be found continent hopping (four so far!) or exploring new restaurants for pretty edibles to photograph and eat.”

Une nana, graphiste/photographe plutôt rigolote qui poste régulièrement des photos de son quotidien. Drôle de se représenter l’univers de quelqu’un, ce qu’il est, son humeur, ce qu’il vit juste à travers des photos de plats, de détails, une vitre mouillée par la pluie, un paysage sans autres commentaires. Son blog ne manque pas de charme. Passionnée de plats, et de cuisine et 1758903 followers sur Pinterest!

Son blog
Son site de snapshots

Le sténopé républicain

Ou “une photographie a des bords, le monde n’en n’a pas…” Un passioné, Romary Daval de Basse-Auvergne de sténopé : “ le sténopé est l’image inversée, d’une scène ou d’un objet, formée par le passage des rayons lumineux à travers une très petite ouverture remplaçant la lentille sur la face avant d’un appareil photo »(*) Un blog sur le sténopé ou plus exactement sur mon vécu sténopique, mais je parlerai aussi de photographie et plus précisément de la photographie argentique, de l’image, des baignoires et pourquoi pas d’autres sujets.”

Un amoureux des vieilles techniques photographiques. Il faut fouiller son blog, son compte flick’r et ses liens. Super intéressant. C’est comme ouvrir la porte d’un vieux grenier rempli de souvenirs.

Le sténopé républicain